Articles

Affichage des articles du janvier, 2017

La crampe de l'écrivain

Image
Non ce n'est pas un syndrome du canal carpien qui m'a empêchée de rédiger mon article hebdomadaire, la semaine dernière, mais une "simple" tendinite. Et en conséquence, je n'ai toujours pas avancé sur le JdA, même si je m'y prépare psychologiquement depuis plus d'une semaine.

Parce que, blague à part, il faut une préparation psychologique quand on veut reprendre un projet qui coince. Marieke, de Mécanismes d'Histoires, l'évoque dans cet article (et, dans une moindre mesure, dans celui-là aussi) ; je note ce passage en particulier :  Il est très possible que vous rencontriez à nouveau des difficultés. Il est même possible que les difficultés que vous rencontrerez seront les mêmes que celles qui vous ont fait abandonner votre texte la première fois. Essayez de les comprendre et de les déjouer.
En termes d'état d'esprit, ça m'évoque un peu ce dont je parlais il y a deux ans, lorsque je me suis attaquée aux corrections de CQVDSV. Ce n&#…

Background : Azildarian

Bon, n'étant toujours pas remise des excès du Nouvel An*, je vais ressortir un de mes fonds de tiroirs, un background de personnage écrit pour le jeu de rôles Pathfinder : Azildarian, un prêtre d'Abadar. Ce perso ayant été créé pour la campagne "Curse of the crimson throne", certains éléments, comme le "Fagin" Gaedren Lann, étaient imposés - ce qui donne ce côté mélo au texte 😁
L'histoire d'Azildarian aurait pu être celle de n'importe quel orphelin des rues de Korvosa. Une histoire cruelle, pleine de mépris, de privations et d'espoirs brisés. Et courte.

Mais l'on dit que Desna veille sur les Varisiens, et c'est pourquoi cette histoire-là connut un tour plus heureux.

Azildarian perdit ses parents vers l'âge de six ans. L'on ignore s'ils l'avaient simplement perdu de vue sur un marché et jamais retrouvé, ou s'ils avaient connu une fin plus tragique, laissant ainsi leur fils à la merci des dangers de la ville. Toujou…

Mieux vaut tard que jamais

Image
A long time ago, in a galaxy far, far away...*
Quelques mois après mon arrivée sur Cocyclics**, j'ai participé à un appel à textes sur le thème "Animal", pour le compte du webzine Vers à Lyre. Et j'ai eu la joie d'apprendre, quelques semaines plus tard, que mon texte avait été retenu. Néanmoins, suite à diverses complications (dont, aujourd'hui encore, j'ignore les raisons), la parution prenait du retard. 
Une des premières choses que j'ai apprises en débarquant dans le monde de l'écriture, c'est qu'il ne faut pas être pressé, et que les éditeurs, quels qu'ils soient, évoluent dans un flux temporel différent de celui du commun des mortels 😉 Donc, j'ai patienté.  J'ai relancé quelques fois, cependant, histoire de savoir si la publication était toujours d'actualité (les structures associatives sont souvent fragiles). En mars 2015, on m'a annoncé la date du mois de mai. En mai, rien. Le reste de l'année, rien - et pa…