Version mobile

Si ma charte graphique ne vous plaît pas, essayez avec la version mobile :)

vendredi 2 juin 2017

Imaginales 2017 : Créatures surnaturelles...

Créatures surnaturelles au bord de la crise de nerfs


Comme d'habitude, je mets les avertissements de rigueur : je retranscris ici les notes que j'ai prises pendant la conf ; il est donc tout à fait possible que j'aie fait des contresens et tout à fait certain qu'il manquera des bouts 😆 (sans parler du côté décousu et de ma difficulté à me relire 😣). Les éventuelles notes entre [ ] sont de moi, et les passages entre guillemets sont censés être des citations.

Je préviens tout de suite : je suis partie au milieu de la conférence, parce que je m'ennuyais. Ce n'est pas que le contenu n'était pas intéressant en soi, mais chacun ne faisait que parler de son roman et ça manquait d'unité/de thématique commune (et le côté "crise de nerf" tardait à se faire sentir)*. Bref, voici ce que j'ai noté.



Intervenants : Leandro Avalos Blacha (et Jessica Diaz-Quiroga pour la traduction) (Berazachussets), Thomas Andrew (série Drek Carter), Carina Rozenfeld (Zalim), Estelle Vagner (série Kayla Marchal).
Modérateur : Christophe de Jerphanion.

EV : A l'époque où elle a commencé à écrire, il n'y avait pas beaucoup d'histoires de métamorphes, surtout des vampires. Son héroïne, Kayla, est une métamorphe incapable de se transformer.

LAB : Son héroïne est une zombie punk, et ça a été le déclencheur de tout le roman, à partir d'un personnage de La nuit des morts-vivants. "Berazachussetts" est un quartier mal famé de Buenos Aires, il y a un croisement entre la situation dans ce quartier et le côté fantastique.

CR : Son héros est un démon dans un monde de fantasy. Deux royaumes sont en guerre depuis toujours et l'un d'eux a une arme secrète : le démon Zalim, qui a besoin d'un hôte humain, n'est pas vraiment sympa, et est dur à contrôler (sachant que son hôte n'a aucun contrôle sur lui).

TA : Ca se passe à New York. Le héros est un fantôme qui, aidé de son ami "passeur d'ombres" doit résoudre l'enquête sur laquelle il travaillait (il fait partie de la police scientifique). Son pote est bon en tant que flic, mais pas en tant que mage/passeur d'ombres. Il y a aussi une thématique des dieux grecs [tous les titres sont sur le modèle "<nom d'une divinité grecque> mortel/le"].

EV : Kayla est bannie de son clan, elle va devoir combattre son chagrin et se ressaisir, et se battre contre les préjugés sectaires de sa meute et de son peuple en général. L'histoire se passe dans les Vosges [où se trouve Epinal 😉]. Kayla ne connaît rien du monde, elle a toujours vécu dans sa communauté isolée - même si d'autres meutes mieux intégrées existent.

LAB : On n'est pas dans l'optique d'une invasion de zombies, on est plutôt au coeur d'une fable sur l'Argentine d'aujourd'hui. Le climat de crise économique a poussé le pays au bord de la faillite et de l'"apocalypse" (en 2002). Son personnage incarne tout ce qui est condamné par la société, tout le côté monstrueux et gore de la figure du zombie, mais aussi quelque chose de ludique, comme un carnaval. C'est la thématique qui est développée et fait ressortir l'humour.
C'est l'état naturel de son héroïne, d'être au bord de la crise de nerfs (les autres zombies sont pires, plus violents et plus incontrôlables).

CR : Son héros est un peu absent du tome 1 : le mystère est "qui est son hôte ?". Zalim cherche un humain très fort, le seul capable de le contenir.

TA : Chaque histoire est plus ou moins un polar, mais menée par des créatures surnaturelles et autres personnes dotées de pouvoirs. TA est un grand fan de polars et de séries.


[Je vais conclure en disant que j'ai été tout de même intéressée par le bouquin d'EV - elle le défendait bien, mais je garde à l'esprit que c'est du YA, donc une catégorie dont je me "méfie"** ; et celui de LAB, que je prendrai peut-être plus tard.]




* : le fait que c'était la dernière conf de la journée (18h-19h) a dû jouer aussi, mais pas que.

** : en gros, je trouve ça trop gamin pour moi, même si j'ai pu aimer Hunger Games, par exemple.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire