Version mobile

Si ma charte graphique ne vous plaît pas, essayez avec la version mobile :)

jeudi 13 avril 2017

Le pitch, sa vie, son oeuvre

Dans un mois, je serai aux Imaginales (et j'en ferai des compte-rendus, cf les années précédentes).

L'une des particularités de ce salon, c'est le Speed-Dating des éditeurs, où les auteurs (débutants, en général) peuvent rencontrer des représentants des maisons d'édition et leur proposer leur manuscrit.

Et parmi ce qu'on demande aux candidats de fournir, on trouve... un pitch !
(Merci à "Tonton" Paul Beorn pour ses informations sur le sujet)

Non, ce n'est pas de ce genre de pitch que je parle.
Oui je ne me lasse pas de cette blague
😊

 

Qu'est-ce qu'un Pitch ?


Selon Wikipédia, il s'agit de "la synthèse d'un récit, d'une œuvre de fiction, à travers une phrase ou un petit paragraphe". Personnellement, je le différencie de la "tagline" (et le rapproche de ce que Wiki appelle "logline") : la tagline génère une accroche plus superficielle et est souvent [faite pour être] associée à un visuel.

Il s'agit donc de résumer son intrigue en quelques phrases accrocheuses. On distingue parfois le pitch écrit du pitch oral : le premier peut se permettre d'être un peu plus long et complexe ; le second doit être fluide, facile à énoncer.

Son but est clairement commercial : il s'agit de donner à l'interlocuteur (l'éditeur qui pourrait le publier ou le lecteur qui pourrait l'acheter) une image mentale du bouquin.

Malgré des points communs, il est différent d'un quatrième de couverture : ce dernier peut se permettre d'être plus long et plus détaillé.


Comment rédiger un Pitch ?


Je vais vous décevoir : il n'y a pas de méthode.
Ou plutôt : il n'y a pas de méthode unique.
Et, pour ne rien arranger 😈 il n'y a pas de pitch unique : selon le public auquel vous vous adresserez (et là, je ne parle pas d'éditeur vs lecteur, mais des goûts de votre interlocuteur), vous pouvez orienter votre pitch. Pour, mettons, un polar avec de la romance, vous insisterez plus sur l'aspect "romance" face à un éditeur de romance et sur le côté "policier" devant un lecteur de polars.

Dans un pitch, il faut :
  • ne PAS donner des noms propres (on va à l'essentiel, donc ça ne sert à rien).
  • ne PAS raconter la fin (le but est d'accrocher l'interlocuteur).
  • ne PAS donner une image fausse du bouquin (ça peut être délicat s'il mélange plusieurs genres).
  • ne PAS faire des effets de style (à moins que ça ne joue sur le côté accrocheur, mais dans l'absolu, c'est non, on cherche la clarté d'abord).
  • que le genre (SF, Fantasy,...) soit facilement perceptible (plus prudent pour ne pas "tromper" l'interlocuteur).

Selon moi* un pitch devrait être simple, dans le style : 
<brève idée de l'univers où ça se passe/du genre du roman> + <Qui> <Quoi> <Dans quel but> + éventuellement <Comment / Avec quelles conséquences potentielles> 


Quelques exemples de Pitches


Ceux de Wikipédia sont assez bons à mon goût, si ce n'est qu'ils ont la facilité de ne pas aborder la question de l'univers / du genre.

Deux autres de mon cru, qui ne sont pas SFFF non plus (réponse en lien) : 

Un espion plein de ressources renié par sa hiérarchie vient à l'aide de gens ordinaires tout en cherchant les responsables de sa déchéance.

Un écrivain en mal d'inspiration fait équipe avec une détective pour résoudre des meurtres.

Deux autres encore, que je tiens de Tonton Beorn :

Les trois mousquetaires, avec des dragons.

Les sept mercenaires, en fantasy.

Ces deux derniers sont un peu des exceptions, à mon avis : s'ils se "résument" aussi bien, c'est parce qu'ils reprennent des "modèles" bien connus - ce qui ne veut pas dire qu'ils n'ont pas leur propre originalité !

Et maintenant, à vous de pitcher !



* : mais je suis loin de détenir la Vérité Universelle 😉


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire