Version mobile

Si ma charte graphique ne vous plaît pas, essayez avec la version mobile :)

vendredi 5 juin 2015

Imaginales 2015 : Speed-Dating des éditeurs

Si vous suivez tant soit peu ce qui se passe ici, ça fait des mois que je vous bassine avec le Speed-Dating des Imaginales. Voici donc enfin le plus ou moins compte-rendu de comment ça s'est passé pour moi. Je dis "plus ou moins" parce que bon, hein, j'étais plus préoccupée par le fait de ne pas faire mauvaise impression que par le besoin de prendre des notes. Donc, vous étonnez pas si c'est un peu vague.

Le SD, quoi qu'est-ce ? : 

Au sens large, c'est un entretien d'une dizaine de minutes où on doit "séduire" son interlocuteur. Ici, évidemment, il ne s'agit pas de chercher l'âme soeur (ou l'esprit frère), mais de convaincre un éditeur que le manuscrit qu'on lui présente est la huitième merveille du monde et qu'il doit absolument le publier. 

En pratique, le SD sert aussi à recevoir des conseils de la part desdits éditeurs, sur la meilleure façon d'améliorer son manuscrit afin de le rendre éditable (ou du moins, proposable).

Cette année, le SD a été exceptionnel à plus d'un titre : tellement de participants qu'ils ont dû refuser du monde (et on était 26 au lieu de la petite vingtaine habituelle !) et une dizaine d'éditeurs présents (au lieu de 3 ou 4 d'ordinaire*).

Avant :

Je ne vais pas m'attarder sur la période d'inscription : il fallait contacter la personne responsable via le site des Imaginales, recevoir un dossier par mail, le remplir, le renvoyer, et prier très fort pour être accepté. 

Comme tous les ans, le SD a lieu "en un lieu tenu secret". Je ne sais pas si c'est le même tous les ans, mais cette fois, c'était un charmant petit salon de thé au-dessus d'une boutique. Petit bémol, Silène** m'a fait miroiter des trucs à grignoter sur place (le SD commence à 18h et va dure deux bonnes heures), et je crève de faim, sauf que le salon n'a que du à boire à cette heure. Heureusement, Akalou, une des autres grenouilles speedeuses qui m'accompagnent me sauve à l'aide d'un demi-sandouiche*** pâté-cornichons, que j'accompagne d'un thé au jasmin.

Vu que nous sommes plutôt nombreux, on nous demande de nous inscrire sur des feuilles (une par éditeur), en choisissant ceux qui nous intéressent. Comme nous avons reçu auparavant la liste des éditeurs participants, j'ai eu le temps de faire mon choix. Dans l'ordre, ce sera Milady (même si CQVDSV n'est pas tout à fait de la bit-lit, je suis en plein dans leur ligne éditoriale), Scrineo (j'en ai entendu dire du bien, notamment via Estelle Faye), Bragelonne (parce que Bragelonne, quoi !) et enfin, après quelques hésitations, Actusf (parce que ladite liste laissait bien entendre qu'ils acceptaient l'Urban Fantasy/le Fantastique, mais bon, ils s'appellent Actusf, pas Actusfff, donc j'avais des doutes ^^).

Pendant (1) :

A ma grande surprise (le hasard a fait que je suis en 4e ou 5e position au moins sur toutes les listes que j'ai choisies), je suis convoquée assez vite, pour Actusf. J'abandonne donc mon demi-demi-sandouiche en priant pour ne pas avoir une haleine de chacal (de chacal-pâté-cornichons, en l'occurrence). Je prends mon manuscrit dans une main et mon courage dans l'autre, et je me prépare à monter le rejoindre à l'étage au-dessus.

Je constate avec soulagement**** que le croque-mitaine potentiel n'est autre qu'un des gentils messieurs que j'ai pu voir sur le stand Actusf du salon. Je commence par m'excuser en disant que ce que je lui présente n'est peut-être pas dans sa ligne éditoriale, mais il me rassure en disant que ça, c'est son problème et pas le mien. Je commence ensuite à pitcher*****. Il me pose quelques questions, principalement techniques (nombre de signes, public, si c'est une série ou un one-shot...). Je réponds de mon mieux - et je prends des notes pour tâcher de ne pas me disperser autant avec les suivants ^^. Il conclut en me disant d'envoyer mon manuscrit par mail, en suivant la procédure indiquée sur le site, et en précisant bien qu'on s'est vus au SD.

Je lui dis au revoir et redescends avec un grand sourire :D

Pendant (2) :

J'annonce ma survie à mes camarades et entreprends de faire un sort à mon sandouiche. J'ai à peine le temps de mâchouiller le chouingomme*** également fourni gentiment par Akalou, que je suis de nouveau appelée. Bragelonne, cette fois. Bon, je ne suis pas trop inquiète : j'ai déjà rencontré le monsieur et, même s'il peut se montrer intimidant, je n'ai pas peur !

Ca commence plutôt cool : il me complimente pour mon t-shirt "vintage" (effectivement, des comme ça, on n'en fait plus, surtout en glow-in-the-dark). Je lui explique que j'en ai deux autres de la même série, mais qu'ils rendent moins bien******).

Ze t-shirt en question.
Bon, ensuite, on passe aux choses sérieuses : pitch, quelques questions. Il n'a pas l'air très curieux, mais je pense que ça fait partie du personnage. A la fin, après avoir regardé mes premiers paragraphes, il lâche un "ouais, je lirais bien ça", que je prends comme un sésame. Il m'indique la procédure (sensiblement la même que pour Actusf, sauf qu'il y a un formulaire), je lui dis au revoir, et je redescends avec un grand sourire :D

Pendant (3) :

Il s'écoule un petit moment avant que je ne passe à nouveau. Moment que j'occupe à discuter avec les grenouilles qui m'accompagnent (et à finir mon thé). J'ai l'impression que ça se déroule pas trop mal pour tout le monde, encore que peut-être pas avec autant d'enthousiasme que dans mon propre cas. Y'en a quand même une ou deux qui ont réussi à refiler leur manuscrit papier, c'est pas rien !

Mon troisième bourreau******* sera Scrineo. Il semblerait que mon quarté sorte dans le désordre... J'espère alors avoir quand même le temps de rencontrer la représentante de Milady, vu que c'est la rencontre que j'anticipais le plus...

Cette fois, je dois redescendre de mon nuage (ce qui n'est peut-être pas une mauvaise chose en soi). Mon interlocuteur pose beaucoup de questions, et "pas les bonnes", si je puis dire : je ne sais pas s'il fait ça pour me déstabiliser ou parce qu'il a mal cerné mon projet, mais il a l'air de croire que CQVDSV est un roman d'action avec un support psychologique alors que, quelque part, c'est plutôt l'inverse. Je me retrouve à devoir lui raconter plus ou moins toute l'histoire. Il me dit quand même de lui envoyer la bête, mais j'avoue que je le sens moyen (au passage, son homologue de Bragelonne étant juste à côté et ayant sûrement tout entendu, je me demande ce qu'il en a pensé...).

Je ne redescends pas avec un grand sourire, mais bon, les deux premiers s'étant plutôt bien passés, le troisième n'a pas suffi à doucher mon enthousiasme.

Pendant (4) :

Finalement, à ma grande joie, j'ai aussi le temps de voir Milady ! L'éditrice est en fait une auteure avec qui j'avais discuté plus tôt dans la journée (et auprès de laquelle ne n'ai pas été trop insupportable, apparemment :p), et du coup, ben ça se passe super bien : je pitche, elle pose quelques questions, manifeste son intérêt, et me donne même sa carte, afin que je lui envoie un mail quand j'aurai posté mon texte sur le formulaire (qui est le même que celui de Bragelonne).

Vous l'aurez deviné : je redescends avec un grand sourire :D

Après : 

C'est pas tout ça, mais il est 20h passées, et il commence à faire faim ! En attendant que les derniers terminent, je discute avec Menolly, de Griffe d'Encre, qui est venue manger là avec ses potes et sa petite famille (dont des joueurs de Guild Wars 2 ^^).

Accompagnée d'une partie des grenouilles speed-dateuses, je pars en expédition pour rejoindre d'autres grenouilles (non speed-dateuses) dans une crêperie du centre-ville, afin de raconter notre périple (et accessoirement, de manger !).

La soirée se résume en un mot :





*: ces "statistiques" viennent de ce que j'ai pu entendre à propos des précédents SD, je peux me tromper.

**: Silène Edgar, une de nos trois "coaches", avec Nadia Costes et Elise Dattin.

***: j'aime écrire ça comme ça ^^

****: faute d'un meilleur mot - on se rassure comme on peut.

*****: comprendre : présenter mon "oeuvre" en quelques phrases, et non balancer une balle de base-ball.

******: surtout que le Malkav', il représente un type dans une cellule capitonnée, ça peut surprendre, en public.

*******: j'aurais tendance à dire "ma troisième victime", sauf que c'est moi l'auditée, donc le rôle impose l'inversion des termes ^^

3 commentaires:

  1. Oooh, tu étais aux Imaginales cette année *------* Les imaginales, quoi ! [Je ne pensais pas que c'était aussi réputé que ça, honte à moi x)]
    Tu as re-eu des nouvelles de ces éditeurs ? :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nope, pas encore, mais c'est normal : d'une part, pendant les grandes vacances, les gens sont en vacances :p ; d'autre part, à cause du nombre de soumissions, les délais peuvent être super longs (de 3 à 9 mois, selon ce qui était écrit sur le site de ceux à qui j'ai envoyé mon manuscrit).

      Bref, je n'espère pas de réponse avant l'automne, au mieux.
      (C'est dur, d'attendre, mais comme je sais que je n'ai pas le choix...).

      Supprimer
  2. D'accord, je croise les doigts pour toi :)

    RépondreSupprimer